Chaos

.

.

.

.

..

.
  .

.

.

 

La porte s’ouvre je n’entre pas

Tu me regardes ne bouges pas

Où sommes nous ?

Tout est flou ?

Tu es là

Je te vois

J’avance la main

Je ne trouve rien

J’entends du bruit comme des fusils

J’ai le cœur qui bat dans mon ventre

Moi tout ce que je veux c’est que tu rentres

Un arbre en fleur, des gens qui rient

Ma mère courant sous la pluie

Et toujours toi

Sans forme sans voix

Toi qui t’éloignes de moi

Je crie ton nom

Attends moi non …!

Le corps trempé

Désemparée

Même mes siestes

Sont indigestes.

.

Lilas Conuts

Peinture: Lilite Dumont

Publicités

Sursis

.

.

.

..

..

.

 

Regards complices à contre jour

Seule la mer aux alentours

Instant propice vent de velours

Caresses lentes que l’on savoure

Faut-il attendre d’autres toujours ?

.

Tant que ta main est dans la mienne

Et que les vaguent nous entraînent

Tant que cette onde magicienne

Berce nos corps et nous enchaîne

Faut-il vraiment que demain vienne ?

.

Au pied de grands tamariniers

Une natte deux manous un panier

Ma tête sur ton ventre posée

Langueur de nos corps rassasiés

Faudra-t-il un jour nous quitter ?

.

Lilas Conuts

Peinture: Lilite Dumont

Caresse

.

..

.

J’ai envie de tendresse de douceur et d’amour

De doux rayons ambrés sur lit de sable chaud

D’une mer qui s’étire jusqu’aux confins du jour

Nos regards mêlés sous le chant des oiseaux

Nos âmes frémissantes en ondes de velours

Et nos corps enlacés en charnel écheveau

.

Plus de mots

Plus de peurs

Que ta peau

Que nos cœurs

Ni après

Ni regrets.

.

Lilas Conuts

Soleil noir

.

Une chaleur enivrante

De fin de jour

Une moiteur écrasante

De fin d’amour

.

Tapies dans la pénombre

Consumant les couleurs

C’est le retour des ombres

Insidieuses langueurs.

Peinture: Lilite Dumont

Poème: Lilas Conuts