Sept d’ambre

13431521_681061202033356_781535014953731710_n

Dans la foule des elles
Morue ou ingénue
Dans la foule des elles
Elle s’est perdue

Tout était trop facile
De janvier à juillet
Et en gueuse infantile
Elle n’a rien géré

Septembre est là, décembre point
Vite ma fille il faut aimer
Point n’est permis de l’oublier
T’inquiète Benoit je te rejoins

De la foule des elles
La favorite restera
De la foule des elles
En aile d’ange elle partira.

Lilas Conuts

 

Publicités

Tant Temps

téléchargement

 
Comme une vieille chanson un peu trop familière
Aux refrains moribonds entre lucide et amère,
Elle joue à cache-cache avec ses souvenirs,
Tantôt à coups de hache tantôt à coups de rires.

L’appel d’un ailleurs de l’autre coté du temps
Imprécis séducteur derrière les océans
Qui l’enlacent et l’étreignent comme de vieux amants,
Lui donne le vertige et poussée par des vents
De feu et de misère elle se donne aux absents
Aux peut-être aux pourtant de rêves évanescents.

Comme une vieille chanson un peu trop adultère
Aux refrains digressions entre recluse et trop fière
Elle oublie les envers des bonheurs lapidaires
Tantôt dans le silence tantôt à coups de vers.

 

Lilas Conuts

Entre

Bischoff_Bronson_Caves_06_detail_em

Pas un bruit

L’air est lourd de la nuit

Mon soleil est parti

 .

Quelque part le jour luit

Des gens s’aiment

Des gens rient

Moi j’oublie

Les couleurs et le vent

La chaleur de l’envie

Dick chante

L’ennui de l’ennui

 Il avait tout compris 

Lilas Conuts

Peinture: Brice Bischoff  http://thecreatorsproject.vice.com/blog/brice-bischoffs-sculptural-abstract-cave-art

Torpeur

acrylique-sur-toile-80x60

 

   Bulle artificielle

Cocon sacré

Objets volés

Alcôve profanée

Démolie violée

Partie l’étincelle

 

Pathétique sans contact

Corps inutile

Prosaïque et sans tact

Larve immobile

 

Chambre froide derme éteint

Fumée dense air malsain

Moiteur de la souche

Paresse sur la couche

Remettant à demain

Tous rapports aux humains

 

Lilas Conuts

Peinture: Sylvain Le Coq

http://sylvainlecoq.jimdo.com/galeries/peinture-abstraite-et-nus-acad%C3%A9miques/

Personnes

une-tornade-damour-100x79-e1356807807986mmm

Deux dimensions

Pas de volume rien que du plat

*

Solitude en duo

Par delà tous les ciels

Fusion d’alter ego

D’une magie passionnelle

*

Deux sensations

Pas de toucher, goût, odorat

*

Si éloignés, hors du commun

On se confesse du rire aux larmes

Si imbriqués qu’on ne fait qu’un

On se caresse des yeux de l’âme

*

Deux pulsations

Mais la musique d’un seul émoi.

Lilas Conuts
Peinture: Dyna  http://www.peinture-spirit-dyna.fr/

Wambam

 

 

 

 

 

 

 

.

Je suis lune de vers
Et caresse son cœur
Quelques heures par jour

Âmes liées
Rocs, voix
Encre et idées
Émois

Dérobades
Je m’évade
Cédant à l’abandon
Je m’efface
Et l’enlace
De mes lointains rayons

Destins croisés
Lui, moi
Rêves mêlés
Parfois

Adieu les peurs
Mes doigts se serrent
Sur le velours.

Lilas Conuts    (Pour le premier mois de mon Nemo-Grenadine)

Peinture : Rahul Malpani   

http://fineartamerica.com/featured/soul-mate-rahul-malpani.html

Flash barde

 

 

 

 

 

 

 

.

Les pulsions se déchaînent sans aucun garde-fou
La bêtise éclabousse et s’immisce partout
Les images nous bombardent sans cesse ni retenue
Avec slogans débiles qui sont à peine lus

Pour excuser la honte ou cacher le dégoût
Il me reste mes mots, cryptiques, rendez-vous
Avec un étranger chimérique miroir
Qui me réveillerait d’un baiser à tiroirs

De mots de tous les jours
De mots simples de toujours
De mots compte à rebours
Et même de mots d’amour

L’écran de fumerolles
D’une bougie agnostique
L’humeur qui se déhanche
Entre suave et caustique
Ongles rouges sur nuits blanches
Aux relents lymphatiques
Solitude camisole
Pour ego pathétique

Nue, obscène coutelas
Que tu comprennes ou pas
Ma vérité est là.

Lilas Conuts  – Pour Wettal et  les 4 autres BS du club des 5

Peinture: Madiana Cachacou

http://www.decoroots.fr/decoration-design-contemporain/tableau-design-abstrait-contemporain/tableau-design-contemporain-noir-et-blanc-multicolore-listen-me-ou-les-on-dit.html